Carnet de voyage

Népal

7 étapes
8 commentaires
Dernière étape postée il y a 1648 jours
A la découverte de la jungle et de la montagne Népalaise !
Du 21 octobre au 18 novembre 2019
29 jours
Ce carnet de voyage est privé, ne le partagez pas sans l'autorisation de l'auteur.
1
1
Publié le 16 novembre 2019

Après la traversée de la frontière Inde-Népal par voie terrestre (avec des routes de qualité relative...), nous nous dirigeons vers la ferme de Tara et Anjana pour une semaine de volontariat (via Workaway). Comme la plupart des habitants du village, ils produisent la plupart des ressources pour leur consommation personnelle : le riz est récolté dans les champs entourant la maison, le lait est produit par le buffle de la famille et les légumes proviennent du potager. Notre mission consiste principalement à aider à la rénovation de leur maison en briques / tôles et participer aux activités agricoles (planter des pommes de terre, de l'ail...) le matin (de 7h à 13h). Une personne garde les enfants et en profite pour se balader dans la campagne ou faire des courses pendant que l'autre travaille et échange avec les volontaires (colombiens, italiens, allemands...). Il faut avouer qu'on est un peu en décalage avec leurs rythmes surtout le soir où on couche les enfants alors que les volontaires commencent à manger ou boire des bières (la majorité a entre 20 et 30 ans et est en voyage de plusieurs mois...). On participe également à certaines tâches de la vie quotidienne : faire la vaisselle à la pompe, préparer les haricots et courgettes, cuire le pain...

Les filles mettent un ou deux jours pour prendre leurs marques et après s'éclatent avec les deux enfants des propriétaires, observent les animaux dans la campagne ou encore jouent avec ... des cailloux (pendant des heures !). En plus, on y est pile pendant la période de fête des lumières (Tihar) avec des cérémonies et soirées organisées tous les jours : danse et musique chez les voisins, décoration des animaux (chiens, vaches...) et cérémonie du Tika (la marque colorée sur le front).

Bref, on a notre petit rythme dans cette cohabitation insolite et ça fait du bien de faire des activités sans les enfants. On prend tout de même le temps de faire un tour en éléphant dans la forêt communautaire à côté de la ferme et on a la chance de voir un gros rhinocéros se baignant dans une rivière. Top !

1-2-3 Le village, 4 La ferme, 5 Lecture, 6 Tara, 7-8-9 Boulot !, 10-11-12 Tihar, 13 Jeunes dynamiques, 14-15 Jungle 
2
2
Publié le 16 novembre 2019

L'ambiance de la jungle nous botte pas mal et on décide de rester quelques jours à Sauraha, réputée pour les safaris dans le parc national de Chitwan. On se rend rapidement compte qu'il n'est pas nécessaire de payer une sortie safari pour voir des animaux. Juste en se baladant dans le village, on peut observer des crocodiles et gavials le long de la rivière, des éléphants domestiqués et des rhinocéros. Cela fait étrange de sentir une grosse ombre derrière toi et de réaliser qu'il s'agit d'un éléphant qui rentre chez lui après son safari !

On trouve un lodge où on se sent bien, de la super nourriture et les filles adorent jouer avec... des cailloux. La propriétaire, une française, a construit un lieu de yoga près du fleuve où elle y donne des cours. On trouve une voyageuse espagnole pour garder les filles et on se fait une session yoga avec une vue sur des éléphants qui se lavent. Super !

Bref, c'est vraiment une bonne ambiance détente et on commence à avoir des repères comme un petit restaurant où on boit des bières et on apprend à cuisiner des Momo, sorte de raviolis. Comme c'est un lieu assez touristique, on rencontre des francophones avec qui on fait un peu la bringue une fois les filles couchées.

1 Chitwan, 2-3 Eléphants, 4 Rhino !, 5 Balançoire de ouf, 6 Vélo, 7-8-9 Lodge, 10 Vue du cours du Yoga !,11-12 Momo 
3
3
Publié le 16 novembre 2019

Nous nous dirigeons vers Pokhora, le point de départ de nombreux treks, et rencontrons Ganesh, un contact d'un pote de Sonya, qui se propose de nous accompagner dans un périple en montagne ! Avant de nous lancer dans l'aventure, nous passons plusieurs jours chez lui dans le tout petit village de Jayagaun, à 4h de jeep dans la montagne. Il vit dans une maison typiquement népalaise en flanc de montagne avec sa femme, ses parents et son fils (Rohit). La famille produit les denrées pour leur consommation annuelle: fruits, légumes, riz, lait... Le terrain est rempli d'arbres fruitiers, de légumes, de champs de riz et millet. On peut voir à perte de vue les rizières et les montagnes enneigées... c'est magnifique. Il fait frais mais ensoleillé et avec l'altitude (1600 m), il n'y a pas de moustique. Les conditions sont parfaites ! On est accueilli dans la chambre du fils qui est la pièce la plus chaude de la maison car située à côté de la cuisine. On suit le rythme de la famille avec un réveil à 6h et petit déjeuner, un Dhal Bat (soupe de lentilles + riz + légumes locaux) à 11h, un goûter à 16h et un Dhal Bat à 18h30.

On tombe en pleine saison de récolte de riz et du millet et on a la chance d'assister aux différentes étapes de production du riz ! Le riz est coupé dans les champs et ramené par balles de 60 kilos sur le dos dans la cour. Puis on bat les tiges au sol pour que les grains de riz tombent. Le tas de riz est ensuite trié par la force du vent pour ne garder que les grains de riz pleins. Ensuite, on ramène 4 buffles qui tournent autour d'un bâton planté dans la cour pour écraser la paille, ceci afin de la rendre plus digeste pour les vaches et buffles. Un dernier effort et on monte les balles de paille sur le toit de l'abri aux bovins (double usage : stockage et isolation pour l'hiver). On propose notre aide pour les différentes étapes mais force est de constater que nous ne sommes pas très endurants pour ce type d'effort...

1-2 Ambiance montagne, 3 Bien équipés, 4-8 Récolte du riz, 9 Cuisine, 10 Douche chaude !, 11 Miel, 12 La famille
4
4
Publié le 16 novembre 2019

Tous les voyageurs rencontrés au Népal ont fait un trek. Forcément, ça nous titille de voir la montagne et de relever le défi avec les enfants. Après quelques recherches internet, le choix porte sur Poon Hill, un trek de 4 jours visiblement faisable en famille. On réduit les journées de marche pour prévoir de le faire en 6-7 jours avec Ganesh. On achète des bonnets et on loue des bâtons et un sac de rando et nous voilà partis à pied de chez lui. D'abord on doit rejoindre Nayapul, une descente de 600 mètres de dénivelé dans la forêt. Au bout de 20 min nos jambes commencent déjà à trembler... ça commence bien !

En général, Ganesh porte notre sac de rando, Sonya porte Elza sur le dos avec le porte-bébé et Clément prend Kathleen sur les épaules et un autre petit sac avec notamment des biscuits et de l'eau et ceci pendant 4 à 5 heures le matin. L'objectif est d'arriver au lodge pour manger le midi, faire la sieste et profiter du village dans l'après-midi.

Les trois premiers jours se résument à de la montée et presque qu'exclusivement des marches (7h de marches...). C'est méga sport ! Le paysage nous motive à tenir le coup surtout la vision des pics enneigés des montagnes. Le soir, il fait froid (entre 5 et 8 degrés) dès la tombée de la nuit (vers 18h) et on dort dans des lodges sans chauffage... du coup, on colle les lits et on dort collés à 4 dans un méga lit. Le matin, le ciel est très dégagé et on arrive au pic de Poon Hill à 3210m au jour 3 vers 10h. La vue est magnifique sur la chaîne des Annapurnas. Les jours 3 et 4 sont les plus sympas : on traverse une forêt de chênes et rhododendrons sur la crête de la montagne, des deux côtés on a une vue plongeante sur des étendues de forêts et de montagnes aux toits enneigés. On traverse des villages avec des bétails, des ânes et aperçoit des singes perchés dans les arbres. Elza qui veut participer à l'aventure et dévale les marches, saute à travers les racines en racontant des histoires. Dès qu'on fait une pause, les deux filles jouent dans la terre, c'est vraiment chouette !

Cette expérience de trek nous a réellement permis de faire une pause dans le voyage. C'était un peu comme une parenthèse : nous avons laissé nos gros sacs dans un hôtel à Pokhara avec notamment l'ordinateur, consacrions une bonne partie de la journée à marcher, étions fatigués le soir et nous couchions assez tôt, . Bref, malgré la fatigue, ce périple nous a ressourcé et hyper fiers d'avoir fait un trek au Népal avec les filles !

1-2-3 C'est parti, 4-5-6 Poon Hill, 7-8 Elza l'aventurière, 9 Pause goûter, 10-11 Ambiance village, 12 Fin de trek, 13 Le parcours
5
5
Publié le 21 novembre 2019

Après quelques jours de repos à Pokhara, on prend un bus de 7h pour rejoindre la capitale. On y admire les stupas (structure bouddhiste) et temples à chaque coin de rue. Incroyable. Le soir, c'est bondé de monde, de motos et voitures. Après les grands paysages, on suffoque presque dans les ruelles. On prend quand même le temps de visiter Durbar square, avec beaucoup de temples et une superbe sculpture de Ganesh. Les filles sont simplement ravies de courir sur la grande place ... après des pigeons.

1-2 Lac de Pokhara, 3-4-5 Marché de Katmandou, 6-7-8  Religious things
6
6
Publié le 23 novembre 2019

Voici notre bilan des 30 jours au Népal (du 21 octobre au 19 novembre)

Le Népal est un pays vraiment magnifique ! On peut admirer des paysages verdoyant, des rizières à perte de vue, des jungles et animaux sauvages et des montagnes enneigées accessibles même pour les familles les plus motivées. Les népalais sont accueillants, souriants et aidant (peut être plus particulièrement quand il y a des enfants). Les températures sont parfaites pour profiter du soleil la journée et bien dormir le soir. On retrouve de nombreux aspects que nous avions apprécié en Inde mais avec un peu plus de calme ! Bref, tous les éléments sont réunis pour faire de ce pays une destination privilégiée.

Il y a tout de même deux points noirs à ce beau tableau:

- Les longs trajets se font généralement en bus mais la mauvaise qualité des routes rend le voyage rapidement insupportable. A plusieurs reprises, nous (ou les enfants) nous sommes pris des coups de tête dans le siège de devant ou dans la vitre... Ceci est peut être dû au fait que nous prenions des transports locaux et non touristiques.

- Nous avons commencé par travailler dans une ferme à la campagne via workaway et le Népal est le seul pays où nous avons dû payer en plus d'offrir notre force de travail. Du coup, on a eu des doutes sur le réel intérêt à utiliser ce type de service pour gagner de l'argent surtout quand on a appris que le "fermier" avait un travail à côté... Cette situation s'est reproduite quand nous avons été "accueillis" par notre porteur/guide chez lui à la montagne pour finalement verser une compensation financière. Bref, même avec les contacts directs dans le pays, l'intérêt financier est omniprésent et la sincérité des gens est impénétrable. Perturbant !

7
7
Publié le 21 novembre 2019

[Nayapul] Quand Clément se luxe un mollet en trek la veille d"une étape avec ... 7h d'escaliers.

[Ghandruk] Quand il fait nuit, que nous sommes les seuls hôtes d'un hostel en haut de la montagne, que Clément discute avec Ganesh et que ce dernier ... a une crise d'épilepsie : bave, problèmes d'élocution, contractions musculaires de l'avant bras... flippant !

[Ghandruk] Quand on prend un bus pour descendre la montagne par le seul chemin qui existe et que le bus s'arrête net car... une minipelle est train d'agrandir la route.

[Jayagaun] Quand on récolte du miel qui a un arrière goût connu mais indéfinissable, qu'on en donne de grosses cuillerées aux enfants et qu'on apprend que c'est du miel de ... cannabis !

[Jayagaun] Quand on demande où sont les poubelles publiques pour déposer un sac de couches, qu'on monte 20 minutes dans la montagne et qu'on nous indique ... de jeter les couches dans le vide.

[Pokhara] Quand on comprend qu'il ne faut pas seulement demander "sans épice" mais également "sans masala" pour pouvoir manger un plat en Inde et au Népal ... 4 jours avant de quitter le Népal !

[Chitwan] Quand Elza est toute excitée de s'installer sur le dos d'un éléphant pour une heure de safari, qu'il comment à marcher et ... qu'à chaque pas, elle se prend la rambarde en bois dans la face !