Carnet de voyage

Salvador

5 étapes
1 commentaire
Dernière étape postée il y a 384 jours
Du 30 avril au 8 mai 2023
9 jours
Ce carnet de voyage est privé, ne le partagez pas sans l'autorisation de l'auteur.
1
1
Publié le 7 mai 2023

Une petite journée comme on aime : passage d'une frontière avec plusieurs bus en plein cagnard, mais ça se passe plutôt bien et on arrive à Santa Ana en fin de journée ! Cette ville délabrée parait déserte, les portes sont barricadées, il y a des barbelés sur la plupart des murs et les quelques personnes que l'on croise nous regarde bizarrement... On comprend rapidement que certains magasins sont ouverts mais on ne peut pas le savoir si on ne frappe pas à la porte fermée à clé pour qu'on nous ouvre (et qu'on referme à clé juste après). Dans certains endroits comme le supermarché, pizzeria et devant des monuments, il y a une présence de force armée avec mitraillettes et/ou couteaux. Le soir, la place centrale autour de la cathédrale prend vie avec des stands de burgers, chuco (boisson chaude aromatisée à base de maïs et très sucrée) et glaces. On a une sensation très étrange : il y a du monde, les gens nous regardent mais souvent sans sourire, c'est assez difficile de rentrer en communication avec les personnes croisées dans la rue.

Il fait hyper chaud et on est globalement en sueur dès 9h du matin. On a la chance de profiter d'un jour avec un peu de nuages pour monter le volcan Santa Ana, qui nous paraît bien simple en comparaison avec le volcan du Guatemala, et on peut voir dans le cratère un lac d'acide turquoise avec des émanations de soufre. C'est hyper beau !

 1 traversée de la frontière, 2-5 Santa Ana, 6-7 nourriture, 8-9 volcan
2
2
Publié le 8 mai 2023

Direction la route des Fleurs, une route sinueuse entre volcans, qui marque la région du café de haute altitude. On loge sur Apaneca, un petit village mignon sans trop d'activités touristiques car on cherchait un endroit pas très loin d'une finca qu'on nous avait recommandé. On est entouré de montagnes et il fait plus frais qu'à Santa Ana ! Notre hostel dispose d'un espace avec des jeux pour enfants et on passe pas mal de temps sur place à ... rien faire et rattraper notre retard sur les emails, coups de fils etc... En fin d'après-midi, il pleut - et oui la saison des pluies arrive à grand pas !

1 vendeur dans le bus, 2 Apaneca, 3 repas à l'hostel, 4 fleur de café, 5-6 visite du village d'Ataco 
3
3
Publié le 8 mai 2023

On part en direction de la plage pour faire un peu de snorkeling dans un village de pêcheurs avant de quitter le pays. Il y a quand même pas mal de vagues en journée donc c'est assez compliqué avec les enfants. On va se baigner tôt le matin à marée basse et les enfants arrivent à voir plein de poissons colorés et jouent dans le sable avant que le soleil soit trop cuisant ! En bord de la plage, il y a des huttes de pêcheurs qui cuisinent des poissons frits et des plats à base de crevettes. Ça fait du bien de changer un peu de paysage et de nourriture ! Comme on y est en week-end, il y a beaucoup de monde en provenance de la capitale pour passer la journée à la plage.

1 village de pêcheurs, 2-4 hostel, 5-6 ambiance de week-end, 7-8 hutte de pêcheurs, 9 vagues 
4
4
Publié le 11 mai 2023

Voici notre bilan de nos 9 jours au Salvador (du 30 avril au 8 mai)

Le ressenti de notre court passage au Salvador est mitigé : d'un côté, nous avons eu accès en peu de temps (et distance) à des paysages variés (volcans, villages, route des fleurs et du café, plages) et d'un autre côté, la chaleur pesante (épisode caniculaire El Nino) et l'atmosphère étrange du contact avec la population nous a été inconfortable.

En effet, dès l'arrivée par la frontière, on a eu l'impression de passer dans un autre monde plus brut, moins ouvert, moins accueillant. C'est peut-être car on avait une appréhension du pays, notamment par rapport à la sécurité des enfants, mais une atmosphère plus pesante s'est fait ressentir. L'ambiance est étrange avec des bâtiments délabrés et des terrains en friche dans la ville, des rues parfois vides et sans lumière, des magasins ouverts avec des portails en fer fermés à clé et des gens qui nous regardent parfois bizarrement. Une de nos incompréhensions concerne le coût de vie car les prix ne paraissent pas en adéquation avec le niveau de vie perçu. Tout est cher : les hôtels, l'alimentation, seuls les transports paraissent raisonnables.

Concernant les transports, le réseau de bus est structuré avec des horaires de départ (qui sont respectés) et un prix affiché. Du coup, on s'évite toute la partie négociation du prix du bus avant de rentrer, ce qui est bien agréable ! On a choisi des destinations avec des courtes distances pour s'éviter des longs trajets (et heureusement car un trajet de 40 min Google Maps prend finalement 1h30 avec les arrêts).

De manière générale, la nourriture est la même qu'au Guatemala. Le plat traditionnel est le purpusa (tortilla de maïs fourrée au fromage, frijoles ou viande) et on en trouve vraiment partout. C'est d'ailleurs le seul plat qu'on peut trouver dans certains endroits le soir ce qui nous a joué des tours les premiers jours.

Avec un peu de recul, on se dit qu'on n'a pas eu la même excitation de surprise et découverte du fait de la ressemblance avec le Mexique et le Guatemala au niveau du mode de vie (climat, paysages, nourriture etc....). Notre ressenti aurait surement été bien différent si nous avions commencé par le Salvador. Ce qu'on a préféré est notre passage dans le village de pêcheurs et l'ambiance festive du week-end. On a pu apercevoir une autre facette du pays plus décontracte et chaleureuse !

5
5
Publié le 11 mai 2023

[San Salvador] Quand on nous explique qu'il n'y a plus d'animaux sauvages au Salvador (notamment de singes) car ils ont tous été mangés dans les années 90 par les habitants affamés…

[Apaneca] Quand on vient de se baigner dans la mer, qu'on se sent poisseux et qu'on veut prendre une douche rafraichissante dans notre chambre de l'hôtel pour enlever le sel et que… l'eau de la douche est de l'eau de mer… tiède !

[San Salvador] Quand on vient de faire 4 heures de bus et qu'on est trop content d'arriver dans un hôtel avec piscine en début d'après-midi pour en profiter (la grosse carotte pour les enfants qui sont restés debout durant le trajet du dernier bus !) et… que la piscine est en maintenance uniquement le jour de notre venue... déception absolue !